Le professionnel à l'heure de la voiture autonome

Écrit par Administrator   

Les voitures sans conducteur ont le potentiel de remodeler nos villes. Mais quelles sont les implications pour notre main-d'œuvre et nos lieux de travail ?

L'émergence des véhicules autonomes représente le changement le plus important dans le domaine des transports depuis le passage des voitures à chevaux aux voitures motorisées. Et avec les premiers véhicules sans conducteur qui devraient être mis à la disposition du public à partir de 2020, les gouvernements, les villes et les entreprises du monde entier envisagent déjà la possibilité d'un changement massif de notre environnement urbain.

La question sous-jacente de la vie professionnelle reste sans réponse

Mais si la technologie sans conducteur elle-même suscite un large éventail d'espoirs et de craintes, la question sous-jacente de savoir comment les véhicules autonomes affecteront le monde du travail et le lieu de travail reste encore sans réponse complète.

Les véhicules sans conducteur amélioreront-ils la capacité de production des villes grâce à un air plus pur, à une plus grande connectivité et à une meilleure mobilité, ou inaugureront-ils un avenir mécanique et dystopique dans lequel les conducteurs humains et les voitures robotisées ne pourront pas coexister sur les routes et les trajets quotidiens seront perturbés ?

Des visions utopiques ou dystopiques ?

Ce sont les points clés du débat autour de la voiture autonome à cet égard

  • Les véhicules autonomes ont le potentiel de réduire les encombrements, la pollution atmosphérique et sonore en s'attaquant aux surcharges aux heures de pointe dans le système de transport grâce à une planification de la mobilité programmée par ordinateur et basée sur l'analyse en temps réel de données importantes, ce qui réduit les effets des heures de pointe et permet de mieux prévoir les temps de déplacement.
  • Les véhicules autonomes détruiront certains emplois, mais pourraient en créer de nouveaux. Les 3,5 millions de camionneurs américains ont de réelles raisons de s'inquiéter pour l'avenir, car les camions sans conducteur (déjà utilisés sur des sites industriels tels que les mines) se dirigent vers les routes publiques. Mais dans les villes, les grands taxis ou les bus touristiques pourraient remplacer le chauffeur par un steward ou un guide à bord. L'utilisation de drones pour la livraison des colis pourrait remplacer les chauffeurs de livraison, mais les systèmes autonomes nécessiteront une programmation et une gestion humaines importantes pour fonctionner sans heurts - ce qui créera de nouveaux emplois.
  • Les véhicules autonomes offrent des possibilités d'intégration pour créer une main-d'œuvre plus diversifiée en ouvrant l'emploi à l'avenir à un plus grand nombre de personnes âgées et handicapées, pour lesquelles le trajet entre le domicile et le lieu de travail par les transports publics ou en voiture constitue actuellement un obstacle majeur à la conservation d'un emploi. Les véhicules sans conducteur offrent la possibilité aux personnes de suivre une thérapie ou de participer à un cours de yoga en se rendant au travail.
  • Les véhicules autonomes ont le potentiel pour augmenter indirectement la productivité des professionnels
  • On peut ainsi imaginer que le consultant en déplacement profite de ne plus avoir besoin de conduire pour se former sur un MOOC,
  • Le professionnel pourra aussi profiter des trajets pour gérer ses contacts commerciaux grâce à son système de lead management,
  • Il pourra, s’il est indépendant, gérer ses factures grâce à des applications de RPA comme celles mises en place par l’expert comptable en ligne qui propose dès aujourd’hui Tiime receipt pour saisir automatique le justificatif de restaurant duquel il vient de sortir (ce qui lui permettra accessoirement de perdre le dit justif et de se faire reprendre par son expert comptable ou pire par son contrôleur fiscal).
  • Les véhicules autonomes ont le potentiel de tirer parti de l'économie de partage en introduisant des gains d'efficacité et en réduisant les coûts liés au travail en ville. Dans un scénario, la "camionnette blanche" ne circule plus dans un seul véhicule appartenant à l'homme, encombrant les routes, mais se rend au travail par le biais de véhicules autonomes partagés, appelant les outils et les matériaux nécessaires à chaque mission à partir de grands dépôts mobiles en orbite autour de la ville.
  • Les véhicules autonomes pourraient donner aux employés une plus grande flexibilité en leur évitant de devoir prendre des congés pour des choses telles que les courses scolaires ou pour emmener des parents âgés à leurs rendez-vous à l'hôpital - des voitures sans conducteur pourraient assumer certaines de ces fonctions.

Il reste d'énormes défis techniques, juridiques et sociaux à relever pour mettre en œuvre des véhicules automatisés dans un environnement urbain. Néanmoins, un avenir sans conducteur se profile à l'horizon et une grande question demeure : le lieu de travail est-il prêt pour les nouvelles orientations à venir ?

 
eXTReMe Tracker